Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 mars 2015 3 25 /03 /mars /2015 14:28

Peut-être saura-t-on un jour pourquoi cent-cinquante personnes parties de Barcelone ne sont jamais arrivées à Düsseldorf. Ou peut-être pas. Ne nous comportons pas en voyeurs, seules les familles ont le droit de savoir. Même si au moment où j'écris ces lignes il nous est affirmé "qu'aucune hypothèse n'est écartée", et qu'il est possible que certaines découvertes deviennent réalités et vérités qui dérangent, le "pourquoi", après tout, n'a qu'une importance relative. Il est triomphe du rationnel, indispensable au deuil mais de peu de poids face à l'absence. Cent-cinquante âmes désormais absentes, voilà tout.

Et parmi elles, au moins deux artistes qui servaient l'Art Lyrique.

Maria Radner (1er janvier 1981 - 24 mars 2015) - Oleg Bryjak (27 octobre 1960 - 24 mars 2015).

Maria Radner - Erda (Das Rheingold) - Covent Garden, novembre 2012.

 

Maria Radner avait 34 ans. Native de Düsseldorf, elle était en train de devenir l'une des interprètes les plus recherchées du rôle d'Erda, depuis un premier concert à Leipzig en 2010. Pappano lui-même l'avait choisie pour un cycle du Ring à Londres, à l'automne 2012, dans lequel elle interprétait aussi l'Erste Norne (rôle qui lui avait permis de faire ses débuts au Met, en janvier de la même année). Elle s'était produite à La Scala, à Salzburg, à Turin et dans beaucoup d'autres lieux déjà, que ce soit sur scène (Die Frau ohne Schatten, Elektra, Iolanta, Les Troyens, Le Rossignol...) ou en concert (symphonies de Mahler, Missa Solemnis, récitals...), sous la direction des plus grands chefs (Rattle, Gatti, Thielemann, Mehta, Metzmacher...). Elle devait débuter à Bayreuth cet été, en Erste Norne et en Flosshilde.

Elle revenait du Liceu, où elle avait alerté Wotan pour une ultime fois. Avec elle se trouvaient son mari et son bébé...

 

Alles was ist, endet...

 

Das Rheingold - "Weiche, Wotan ! Weiche !" Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin, dir Marek Janowski. (Wotan : Tomasz Konyechuni) - Novembre 2012.

 

Maria Radner (1er janvier 1981 - 24 mars 2015) - Oleg Bryjak (27 octobre 1960 - 24 mars 2015).

Oleg Bryjak venait de chanter Alberich dans la même production, rôle avec lequel il avait fait ses débuts à Bayreuth dans le cycle complet du Ring, l'été dernier. Originaire du Kazakhstan, il était lui aussi, depuis 1996, membre de la troupe de l'Opéra de Düsseldorf. Il s'y était illustré dans les styles les plus divers, de Don Magnifico ou Leporello à Klingsor, Alberich ou Telramund, en passant par Amonasro, Iago, Scarpia, etc. Il avait été Krusina de La Fiancée Vendue à Garnier en 2008 et 2010, et était programmé en Klingsor à Bayreuth, dans le cadre de l'édition 2016.

 

Bin ich nun frei ?

Wirklich frei ?

So grüss' euch denn meiner Freiheit erster Gruss !

 

Hommage, et silence...

 

© Franz Muzzano - Mars 2015. Toute reproduction interdite sans autorisation de l'auteur. Tous droits réservés.

Partager cet article

Repost 0
Published by Franz Muzzano - dans L'hommage de Franz
commenter cet article

commentaires

paul 01/04/2015 12:57

Votre blog est sympa ,Je vous invite à venir découvrir mon blog

Franz Muzzano 01/04/2015 14:08

Avec plaisir...Mais envoyez-moi le lien !

plombier paris 29/03/2015 12:00

Votre blog est une source d'inspitation ! merci pour vos articles.
Patrick.

mpr 26/03/2015 11:57

no comment !!!

Présentation

  • : Les Chroniques de Franz Muzzano
  • : Écrivain, musicien et diplômé d'Histoire de la Musique, j'ai la chance, depuis plus de 40 ans, de fréquenter les salles de concerts et les maisons d'opéras, et souvent aussi leurs coulisses. J'ai pu y rencontrer quantité d'artistes, des plus grands aux plus méconnus. Tous m'ont appris une chose : une passion n'a de valeur que si elle se partage. Partage que je vais tenter de vous transmettre à travers ces chroniques qui relateront les productions que j'ai pu voir ou entendre (l'art lyrique y tenant une grande place). Mais aussi les disques qui ont contribué à me former, tout comme les nouveautés qui me paraîtront marquantes (en bien ou en mal). J'évoquerai aussi certaines grandes figures du passé, que notre époque polluée par les "modes" a parfois totalement oubliées. Je vous proposerai aussi des réflexions sur des aspects plus généraux de la vie musicale. Tout cela dans un grand souci d'impartialité, mais en assumant une subjectivité revendiquée. Certaines chroniques pourront donc donner lieu à des échanges, des débats contradictoires, voire des affrontements qui pourront être virulents. Tant que nous resterons dans la courtoisie, les commentaires sont là pour ça. Et vous êtes les bienvenus pour y trouver matière à vous exprimer. En n'oubliant jamais que la musique n'est rien sans les artistes qui la font vivre et qui nous l'offrent. Car je fais mienne la phrase de Paul Valéry : "Aujourd'hui, nous n'avons plus besoin d'artistes. Mais nous avons besoin de gens qui ont besoin d'artistes".
  • Contact

Recherche